vendredi 1 février 2013

GLOSSAIRE

G l o s s a i r e
__________________________
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~




Pour l'instant ce glossaire est au stade embryonnaire mais a bien sur vocation à s'étoffer.




A

______________________________

Acte de la vraie fixation : le nembutsu du pouvoir autre. Namu Amida Butsu
" Parceque cela suit le vœu de ce Buddha.(...).Autrement dit, le nembutsu de la prononciation du nom est la pratique du vœu primordial de ce Buddha.Par conséquent, celui qui cultive le nembutsu est véhiculé par le vœu de ce Buddha et ira nécessairement naître dans la Terre Pure. "
- Maitre Hônen
Senchaku-shû: Chapitre II p.63
Traduction du révérend Jérome Ducor


Ainsité (Tathatā, Dharmatā: nature de la loi) Dans le bouddhisme Tathatā désigne l'ainsité, littéralement Les choses telles qu'elle sont. C'est la vrai réalité des choses constituant le réel tel quelle, sans subjectivité des êtres et même au-delà de l'objectivité des êtres non éveillés. Peut-être appellée également Nature de la Loi* ou Dharmatâ (hosshô) et n'est réellement appréhendable que par un Buddha pleinement éveillé. 

Amida  (Amitâbha & Amitâyus): Nom japonais que porte le Buddha révélé par le buddha Shakyamuni dans le Grand Sûtra de Vie-Infine.Il vient du radical des deux noms sanskrit que porte cet évéillé : Amitâbha(Amitâ - tabha) lumière infinie et Amitâyus (Amita - tayus) Vie Infinie. Deux Sûtra révèlent qu'ils est devenu buddha depuis maintenant 10 Ages.
Lorsqu'il était bodhisattva il fit prononça ses vœux qui étaient au nombre de 48.

Avalokitasvara Communément appelé Avalokitesvara (Chin: Kwan shi yin, kwan yin; Jap: Kannon, kanzeon ; Viet: Kwan thé Äm, Kwan Äm) : Littéralement: Observateur des voix. Ce bodhisattva qui accompagne le buddha Vie-Infinie et le Bodhisattva Mahastamaprapta dans le Grand Sutra de Vie Infinie et dans le sûtra des contemplations de vie-Infinie, accueille le mourant qui désire naître en terre Pure, à la fin de la vie de celui-ci. Ce bodhisattva de 10ème stade, le stade le plus élevé, incarne la compassion par excellence est généralement représenté, depuis que le bouddhisme est arrivé en chine, sous une forme féminine . Il est vu tantôt comme la progéniture de Dharmakara, tantôt comme une émanation d'Amida.






B
______________________________


Bienheureuse(la) (Sukhavati) Le nom en sanskrit de la Terre Pure du buddha Amida. La première traduction du sanskrit en chinois donnera le nom de Bonheur-paisible". Un autre synonyme, bien répandu est celui de Bonheur-Suprême.C'est un champ d'éveil que le bodhisattva Dharmakara réalisa au termes de ses pratiques.
Tout comme le buddha n'est pas un dieu, sa terre pure, même si elle sera décrite dans le sûtra des contemplations dans les même terme qu'un paradis, n'est et ne peut en être un. Pour Shinran la Terre Pure du Buddha Amida est nirvana, de fait contrairement aux paradis et à ses habitants elle n'est pas soumise au changement et n'appartient pas au cycle des naissance et des morts.

Bodhisattva  Dans le courant Mahayana du Bouddhisme : Un être aspirant à l'éveil, a devenir buddha . La progression de celui ci se fait sur plusieurs niveaux ou bhumis généralement au nombre de dix. Ensuite le bodhisattva réalise la bouddhéité.

Buddha (Buddhaya, fr: bouddha): Littéralement éveillé. Par définition c'est un être qui n'a plus d'attachements en ce monde. Doté entre autre de la grande compassion et de la grande bienveillance(grand amour) supportés par la grande sagesse, il enseigne aux être comment se libérer du cycle des naissance et des morts(samsara). Le buddha historique de notre monde est le buddha Shakyamuni né au Népal au VIè siècle avant notre ère. Le courant Mahayaniste reconnait plusieurs Buddha du présent et pas uniquement les sept buddhas prédécesseurs de Shakyamuni en notre monde. L'un de ces Buddha est Amida, dont le champ d'éveil est la Terre Pure appelée la Bienheureuse
Pour le Mahayana chaque buddha possède trois corps, autant de dimensions différente les constituants.





C 
_____________________________


Cinq perversions(les) (Jap: gogyaku)  Les pires fautes en dehors de la calomnie de la Loi. C'est commettre : le Parricide, la matricide, l'assassinat d'un saint, l'effusion intentionnelle du sang d'un buddha et le schisme de la communauté.(Jérome Ducor, glossaire de sa traduction du Tannishô)

Corps(les trois) Les trois corps que possède chaque buddha sont:
  •  Le corps de la loi (Dharmakaya, hosshin) ou corps élémentaire: C'est le corps élémentaire, la réalité ultime, sans forme, sans nom et ineffable, qui est partagés par tous les buddha et visible complètement uniquement d'eux seuls.
  •  Le corps de rétribution (Sambogakaya, hôjin) ou corps de jouissance: C'est un corps de personnification qu'accomplit chaque bodhisattva quand il devient un buddha. Ces buddha reçoivent ce corps en vertus de leurs vœux et pratiques quand il furent sur le chemin de l'éveil, et donc ont des corps de rétributions différents.
  •  Les corps de transformation (Nirmanakaya, keshin): Ce sont les corps matériel, visibles par les êtres, que les buddha utilisent pour se manifester en notre monde. 
○  Pour Maitre Tan Luan (476-532) le corps de la Loi à deux dimensions, la seconde étant l'équivalant du corps de rétribution:
  • Le corps de la Loi en tant que nature de la Loi (hosshô-hosshin) qui est "la nature véritable des éléments constitutif du réel" (Jérome Ducor. Glossaire de sa traduction du tannishô)
  •  et le corps de la loi en tant que moyens adaptés (hoben-hosshin) est le corps en faveur des êtres qui se manifeste du corps de la loi en tant que nature de la Loi. C'est le Buddha Amida sauvant les êtres.
A leur propos Maitre Tan Luan cité dans le KyôGyôShinShô s'exprime ainsi:
...Les Buddhas et les bodhisattvas ont deux corps de la Loi: (1) Le corps de la Loi en tant que Nature du Dharma et (2) le Corps de la loi en tant que moyens adaptés. Du corps de la loi en tant que Nature de la loi est originaire le corps de la Loi des moyens adaptés; à travers le corps de la Loi des moyens adaptés le corps de la Loi en tant nature de la Loi est révélé. Ces deux corps de la Loi sont différents mais inséparables; ils sont un mais pas le même.
KGSS IV:17


Correctement prédestinés ou Fixés dans le vrai : Ceux et celles ayant reçu la Foi du Pouvoir-Autre sont assurés d'aller en Terre pure au terme de leur vie présente. Il atteignent ainsi le stade de l'irréversible(avaivartika), le 8ème stade des bodhisattvas (sur 10 stades), à partir duquel ils ne peuvent plus rétrograder et réaliseront l'éveil sans effort.
A noter qu'en cette vie ils restent tout comme les autres êtres humains, soumis à leurs passions aveuglantes, ne découvrant leur vrai nature qu'en terre pure ou le nirvana sera atteint.





D
______________________________


Dharma  (la loi) L'enseignement des buddhas. Il est considéré dans le bouddhisme comme le deuxième des trois joyaux, avec le buddha(1er) et la sangha(3ème) 
Aux pluriel, Dharmas désignent également les élément constituants notre monde.

Dharmakara Le buddha Shakyamuni présente a son auditoire l'existence il y a extrêmement longtemps, du buddha Lokeshvararaja (Roi-Souverain-du-Monde) qui fut précédé par 53 autres buddhas, tous nommés par le buddha Shakyamuni. A cet époque vivait un roi qui  à l'audition de l'enseignement de ce Buddha, abandonna son trône et se dévoua au Dharma. Il prit le nom Dharmakara (Trésor-de-la-Loi) et fit ses vœux particuliers de bodhisattva, aux nombres de 48, face au buddha Roi-souverain-du-monde. Après plusieurs vies successives de pratiques, guidées par ses vœux, il devint un Buddha parfaitement accompli du nom de Amitâbha ou Amitayus (Amida).


Il serait peut-être tentant de considérer Dharmakara comme une métaphore, une allégorie. Cependant notons que à la lectures de divers Sutras nous remarquons que Shakyamuni utilise en effet régulièrement des métaphores comme outil d'enseignement. Cependant nous remarquerons que quand il le fait il emploi une méthode: Il présente ce qu'il veut dire, puis utilise la métaphore, et enfin, fait le lien entre celle-ci et l'idée de départ.Ce n'est pas le cas ici. 
De plus, on peut trouver que l'histoire de Dharmakara parait romancé. Notons bien qu'il existe également l' histoire d'un prince qui abandonna sa famille et partit dans la forêt pratiquer l'ascèse durant plusieurs années avant de réaliser l'éveil spirituel sous un arbre.Il finit par délivrer son enseignement jusqu'a la fin de ses jours. Cet homme qui devint l'une des plus grand figure spirituelle que son monde est porté et sur des dixaines de générations, des millions de fidèles se sont réclamés de son enseignement. Il s'agit de Siddharta Gautama appelé également...
... le buddha Shakyamuni (!!!) et cette histoire n'est remise en doute par personne si je ne me trompe...comme quoi !! ;-) romance...pas-romance...






P
______________________________

Pouvoir-Autre

" Le Pouvoir-Autre est le pouvoir du Vœu du Tathagata. "
                                     Shinran, KGSS II:81






T

______________________________



Tathâgata

Autre titre donné à un Buddha signifiant 'Venu de l'ainsité (Skt :Tathâta, ang:suchness)' 








V
______________________________



Voeux d'Amida quand il était Bodhisattva (principaux)



11ème vœu
«  Si je deviens bouddha et que les hommes et les dieux en mon royaume ne demeuraient pas dans le groupe des fixés (dans le vrai), ni n’atteignaient nécessairement l’extinction libératrice, je ne prendrais pas le parfait éveil. »


12ème vœu
«  Si je deviens bouddha et que les rayonnements de ma lumière  avaient la possibilité d’être mesuré, sans éclairer ne serait-ce que dix milliard de nayutas (cent milliards) de royaumes de bouddha,  je ne prendrais pas le parfait éveil »


13ème vœu
« Si je deviens bouddha et que la durée de ma vie avait la possibilité d’être mesurée ne serait- ce qu’en dix milliard de nayuta de kalpas, je ne prendrais pas le parfait éveil.»


17ème vœu
« Si je deviens Bouddha et que tous les bouddhas infinis dans les univers des dix directions ne louaient ni ne célébraient pareillement mon nom, je ne prendrais pas le parfait éveil. »


18ème Vœu
« Si je deviens bouddha et ques les êtres des dix directions qui, d’un cœur sincère et d’une foi réjouie, désirent naître en mon royaume, ne serait-ce qu’en dix commémorations, ni naissaient pas, je ne prendrais pas le parfait éveil. Exception faite seulement de (ceux qui commettraient) les cinq perversions et la calomnie de la loi correcte. »  


19ème vœu
« Si je deviens bouddha et que les êtres des dix directions produisent la pensée de la bodhi (éveil), cultivent tous les méritent et produisent d’un cœur sincère le désir de naitre en mon royaume sans même qu’entouré d’une grande foule, je ne me manifeste devant ces gens à l’instant où ils affronteront la fin de leur vie, je ne prendrais pas le parfait éveil. » 


20ème vœu
« Si je deviens bouddha et que les êtres des dix directions qui entendront mon nom lient leur pensées à mon royaume, plantent toutes les racines de mérites, d’un cœur sincère, les transfèrent désirant naitre en mon royaume, mais sans que le fruit s’en suive, je ne prendrais pas le parfait éveil. »   


22ème vœu
«  Si je deviens bouddha, toutes les foules des bodhisattva des terres de buddha des autres directions venu naitre en mon royaume finiront nécessairement par atteindre le rang ou l’on occupe la place sur le siège de l’éveil après une seule naissance. Exception fait de ceux qui – en raison de leur transformation en faveur des êtres par la maitrise de leur vœu primordial – revêtiront l’armure de la promesse universelle, accumuleront les racines de mérites, délivreront l’ensemble des êtres, visiteront tous les royaumes de buddhas, cultiveront le cursus des bodhisattvas, feront des offrandes à tous les bouddhas Venus-de-l’ainsité des dix directions et enseigneront aux foules infinis comme le sable du Gange afin de les rétablir dans l’éveil correct et insurpassable. (Les bodhisattva nés en mon royaume) sauteront par-dessus les classes habituelles : le cursus de tous les stades se manifesteront face à eux, et ils cultiveront les mérites de Samanthabadra. Sinon je ne prendrais pas le parfait éveil. »    


Copie de 
"Les principaux vœux du Bouddha Amida
Exposés par le Bouddha Shakyamuni
dans le Sûtra de vie-Infinie"
Tiré de l'appendice du livre de Jérome Ducor intitulé 'Le Tannisho' p.107-108



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire